La Martre

Switch to desktop

A visiter

A visiter

Index de l'article

La MartreA visiter

Page suivante ou en choisissant dans l'index à droite

 

 


La MartreLE VILLAGE

Vous pourrez vous promener dans les rues du village, visitez l'église paroissiale entièrement rénové. A l'intérieur, des tableaux et objet de culte inscrit ou classé à l'inventaire des monuments historiques dont un tableau de "Notre Dame du Rosaire" de 1668 attribué à Seyes, le maitre d'hôtel à baldaquin, une statue de la vierge en glaive du XIIème siècle en bois, des statues en carton pierre. (La clé de l'église est à demander à la mairie.)

Sur la place du village le lavoir et la fontaine de 1910, où les femmes de La Martre, Hiver comme été, faisait leur lessive il n'y a pas si longtemps.

Si vous êtes courageux vous pourrez voir le buste de Napoléon érigé par Jules Chaperon, parrain de la route du même nom. (Montée de Notre Montagne au haut de la place de l'Adrech de la Graou.)

A quelques mètres du village, direction Châteauvieux, les ruines de l'ancienne chapelle de Sainte Marthe, patronne du village, à l'intérieur de l'abside un oratoire a été construit, des jardinières de fleurs et un banc permette une halte de repos avant de marcher encore 400 mètres pour voir la statut de Jeanne d'Arc érigée en 1909 : un souvenir français de toutes les guerres.

 

 


Le mont LachensLE MONT LACHENS

Le sommet de Lachens (1 713 mètres d’altitude). Ascension 3 heures de marche. Le plus merveilleux belvédère de Provence, d’où l’on découvre à l’œil nu toute la côte d’Azur depuis Toulon jusqu’à Vintimille et 95 villes, bourgades ou villages du Var, des Basses-Alpes et des Alpes-Maritimes. On distingue aussi très bien, le matin avant la brume, les montagnes de Corse.

 

 


LES GORGES DE L’ARTUBY Les gorges de l'Artuby

Les Gorges de l’Artuby, Gorges où l’eau tumultueuse bouillonne éclaboussant le roc usé par le temps. La réalité laisse bien loin les images incolores et incomplètes que l’on peut écrire sur ces gorges. Voyez-vous cette fissure géante au milieu des rochers creusés en tunnels par laquelle se précipitent les eaux exaspérées du torrent? C’est le Pont de Peiro, et, en dessous, nous voilà au saut de Moussu de la Cardo ; c’est là que le 14 septembre 1812 le jeune Paulin de la Garde Figanière, follement épris d’une demoiselle de Pontevès en villégiature au château de Taulanne, s’étant vu refuser tout espoir de mariage, vint mettre fin à son existence en se précipitant dans les abîmes de l’Artuby.

Une très agréable promenade tout au long de l'année à faire entre le pont des Rassadous et le Pont de Madame.

En foulant des plateaux de lavande et des encorbellements remplis du parfum des fraises discrètes, on arrive à la Scierie de La Martre. Peu de paysages alpestres peuvent se comparer au « Gourgounau ». L’eau jaillit entre les flancs des deux rochers abrupts qui mesurent plusieurs centaines de mètres de hauteur. Elle se précipite dans la gorge sombre au milieu d’une brume épaisse pour former un joli bassin.

Où l’on entend pleuvoir de minute en minute, l’eau sonore qui chante et pleure dans sa chute.

Un peu plus loin l’ancienne route royale de Draguignan à Castellane passant par Bargème franchit l’Artuby sur l’arche audacieuse du Pont de Madame de La Martre, construit en 1735, au frais d’Hélène d’Isnard, dame de La Martre.

L'ArtubyA droite, sur une pente gazonnée, apparaît la millénaire église de Saint-Blaise construite au XIème siècle par H. Arbertus, qui a laissé son nom gravé sur une pierre angulaire.

Plus haut, à la pointe d’une colline, émergeant dans les pins, les ruines mérovingiennes de l’antique Castellas de La Martre et de la basilique très vénérée, au XII siècle, de Notre-Dame de Pierre Longue. Du haut de ces imposants vestiges d’un passé glorieux se dresse une belle vue sur la vallée de La Martre.

Si nous nous avançons plus loin vers l’étranglement des gorges de Mauvasque, dans un paysage farouche où se cachèrent les prêtres réfractaires pendant la Terreur, nous arrivons à l’emplacement du puissant barrage qu’on doit établir bientôt comme source de houille blanche. Ce barrage est compris dans le projet de loi sur l’utilisation des forces hydrauliques en France.

 


PLAN D'ANELLE

Le hameau de plan d'Anelle niché dans son écrin de verdure, vous accueille sur sa petite place de Mauvasque, vous pourrez partir à la recherche du dernier four banal caché dans un passage sous les maisons, devant la chapelle St Joseph avec son petit cimetière vous apprécierez la paix et la sérénité de ce lieu.

 

 


PONT DE MADAME

Pont de la Serre dit "pont de Madame", certainement en mémoire de Thérèse Isnard de la martre
qui finança sa construction ou reconstruction.

 

 


ANCIENNE SCIERIE

Cirque naturel entouré de relief vigoureux, boisés qui le domine au sud de plus de 100 mètres et au nord de 600 mètres au sud (point culminant du Brouis 1592m) au débouché des gorges de l'Artuby. Res ruines encore visibles d'une ancienne scierie attestent que ce site fût, à partir du XVIIème, un pôle économique de l'activité forestière de la commune, on retrouve trace de ses activités dans les archives avant 1700. L'activité s'est arrêté en 1923 à la suite d'un incendie, de nos jours, il reste des vestiges des infrastructures de l'ancienne scierie qui se composent des ruines d'un groupe de bâtiment construit en pierre, de turbines, de canaux, dont un ancien canal d'amené d'eau qui prenait origine dans l'Artuby en aval des gorges.

 

 


Chapelle DemueyesSAINT-PIERRE-EN-DEMUEYES

Chapelle, ancienne abside de l’église abbatiale. Tombeau d’un saint dont on ignore le nom, mais très vénéré dans toute la contrée, depuis plus de dix siècles.

Ruines d’une Abbaye de femmes en grand renom à l’origine du Moyen-Age détruite au XIVème siècle. Plusieurs abbesses célèbres appartenaient aux familles de Villeneuve, de Grimaldi, de Castellane, etc. Le monastère comptait soixante religieuses.

 


Monument Jeanne D'ArcMONUMENT DE JEANNE D’ARC

A 500 mètres du village de La Martre, sur la route de Châteauvieux. Souvenir français.

 

 


Vue du BrouisFORET DU BROUIS

Si vous êtes courageux, partez à la découverte de la forêt du Brouis, étymologie celtique qui signifie "une claie". On y touve une grande biodiversité de faune et de flore, une forêt de hêtre et de sapins pectinés, mais aussi de la gentiane, de la lavande, des framboises, des fraises. Au milieu du chemin une grande écurie qui servait à la fois d'abri pour les chevaux de relais de chasse vient d'être réhabilité pour permettre de s'abriter en cas d'intempéries.

 

 

 

La Martre 2012

Top Desktop version